lundi 29 avril 2013

Killerpilze, la vie sans Universal


Anciens poulains de l’écurie Universal, déjà bien connus en France, les Killerpilze mènent désormais leur carrière eux-mêmes sous le label Killerpilzerecords, qu’ils ont fondé en 2008, sitôt leur contrat avec la major échu. Publié le 1er mars dernier, Grell est déjà leur troisième album autoproduit. Dans la foulée, le groupe entamait une tournée, le Grell Tour, et donnait, le 24 avril à Strasbourg, le premier de ses cinq concerts prévus en France. Jo, Mäx et Fabi en profitaient pour parler de l’évolution de leur style et évoquer leur avenir dans la jungle de l’industrie musicale outre-Rhin.


Killerpilze : Maximilian Schlichter, Johannes Halbig, Fabian Halbig / source : myspace.com/killerpilze
Mäx, Jo et Fabi, les Killerpilze aujourd'hui


Strasbourg, le 24 avril 2013

Les Killerpilze ont débarqué en France en 2007, deux albums sous le bras et surtout cette chanson en français, Un premier matin, adaptée de leur single Ich kann auch ohne Dich. L’une des rares bluettes – et piège à midinettes – d’un répertoire résolument punk, énergique et hargneux. C’est probablement cette identité punk, donc « anti-système », qui persuada les pontes d’Universal de signer le groupe en 2005. Quant à l’âge inhabituel de ses membres – le batteur, Fabi, avait alors 13 ans, – il permettait de capitaliser sur le succès de Tokio Hotel, l’autre boys band allemand, qui s’est fait connaître chez nous seulement quelques mois avant eux. La même histoire se répète souvent. Il s’agit avant tout d’exploiter l’artiste jusqu’à la corde, avant de le jeter et de passer à autre chose. C’est exactement ce qui se produisit en 2008, lorsque les Killerpilze apprirent que la maison de disques avait décidé de ne pas renouveler leur contrat. Pour autant, il ne faudrait pas nous fourvoyer dans une critique sans nuance des majors, simplement parce qu’elles n’ont que le business en tête. Si tout est affaire d’image, rien ne permet d'en conclure que tout ce que produisent ces multinationales est forcément « calibré » voire médiocre. Seulement, la musique n’est plus le critère déterminant de leurs choix. On peut le regretter, mais on peut aussi louer Universal d’avoir permis aux trois garçons de sortir de l’anonymat. Depuis, ils se sont en effet constitué un solide répertoire, artistiquement crédible. Réduits à leurs seules forces en 2008, ils ont patiemment refait surface, poursuivant albums et tournées. Jusqu’à ce Grell, qui montre que le talent était bien là dès le départ. Aujourd’hui, les Killerpilze sont récompensés. Ils commencent à retrouver la faveur des médias en Allemagne, au point que leur exposition dans les prochaines semaines pourrait rivaliser avec celle qu’ils ont connue du temps ou toute une armée à Universal s’occupait de leur com’. Comment ont-il réussi un tel tour de force ? Ils nous l’expliquent.

Killerpilze : du punk labellisé au rock indé


Si en 2010, Lautonom exploitait encore le même registre punk que les deux albums estampillés Universal, le disque suivant, Ein bisschen Zeitgeist (2011), témoignait déjà d’une impressionnante progression, et marquait surtout l’introduction d’un astucieux mélange de métal et d’électronique dans une musique de plus en plus éloignée de ses racines punk. Grell poursuit cette prise de distance, pour se tourner vers un style pop-rock plus accrocheur. Mais la dernière piste, Himmel, en trois parties introduites au piano solo, ouvre encore de nouvelles perspectives, une fantaisie que les Killerpilze n’auraient jamais pu se permettre chez Universal. L’examen des paroles de leurs chansons révèle des progrès encore plus manifestes. Comme d’autres, les Killerpilze ont beaucoup parlé d’amour, de séparation et, compte tenu de leur âge à l’époque, de la vie lycéenne. Jo et Mäx concèdent tous les deux que leur quotidien est resté une source d’inspiration majeure. Mais les textes de Grell arborent un ton encore plus personnel, à la manière d’un journal de bord. Mäx indique ainsi que sa chanson, Erster Zug nach Paris, rapporte des événements authentiques. De même, le personnage de David, dont il est question au début, n’est autre que son frère, qui s’occupe d’ailleurs de déballer le merchandising au moment où nous discutons. Les Killerpilze expriment ainsi une relation plus directe, moins métaphorique, de leurs textes avec leur propre expérience. Cette manière d’évoquer des événements précis, de désigner des personnes par leur vrai nom, rappelle en fait un autre style : le rap. Rien d’étonnant à cela : pour l’aider dans son travail de parolier, Jo est allé solliciter l’ancien rappeur Curse, réputé en Allemagne pour la qualité de ses textes. Il est clair que les paroles de Himmel, qui racontent un deuil, n’ont absolument plus rien à voir avec les trivialités des deux premiers disques. Florian « Böde » Böhlendorf, le tour manager, se laisse aller à la confidence : à l’époque, le groupe fut approché par l’Institut Goethe, qui voyait en Tokio Hotel et Killerpilze un bon moyen de promouvoir la langue allemande à l’étranger. S’il est vrai que ces formations germanophones ont pu inciter quelques fans à choisir allemand en première langue au collège, les responsables de la vénérable institution culturelle n’avaient probablement jamais entendu le fameux refrain de la chanson Ich hasse dich : « Fick dich ! Harschloch ! », sur le premier album. Même la superbe pochette de Grell, au design déclinable à l’infini, trahit cette volonté de s’éloigner de cette image brouillonne et crasseuse de punk. Les Killerpilze aspirent aujourd’hui à un certain classicisme, et ils y parviennent fort bien, comme le prouve la vidéo du single Nimm mich mit, mise en ligne le 15 février sur Youtube.




Comme l’expliquent Jo et Mäx, ces progrès sont le résultat d’un travail planifié. Musicalement, la formation classique des trois garçons leur a permis de se débrouiller seuls. A l'inverse, conscients de leurs lacunes en matière de textes, et de ne pas savoir comment s’y prendre, ils ont eu l’intelligence de se tourner vers ceux qui savaient. Peu d’artistes, même plus âgés, peuvent se prévaloir de cette capacité à identifier leurs faiblesses et à y remédier. Pourtant, on peut avoir tout le talent du monde, encore faut-il connaître le marché, savoir comment promouvoir son œuvre. Or, en quelques années, la bande est devenue un parfait exemple d'autoproduction réussie. Lors de la fondation de Killerpilzerecords, précise Jo, le groupe n’a pas engagé de personnel. Les trois garçons se sont bel et bien retrouvés livrés à eux-mêmes. A l’époque, cette situation leur a d’ailleurs inspiré Drei, le premier single tiré de Lautonom. Depuis, poursuit Jo, ils bénéficient tout de même du soutien de Südpolmusic, une agence munichoise qui s’occupe essentiellement des intérêts de groupes bavarois. La présence de Florian Böhlendorf à leurs côtés témoigne quant à elle de la fidélité du promoteur Sparta Booking. Par ailleurs, alors que le succès médiatique des débuts aurait pu leur monter à la tête, aucun des trois jeunes musiciens n’a plaqué le lycée pour le groupe, comme le souligne Fabi : lui-même a débuté en 2008 une carrière d’acteur au cinéma, qui reprend d’ailleurs cette année à la télévision, dans un épisode de la version munichoise de Tatort. Mäx poursuit des études musicales qui lui permettent aujourd’hui d’écrire aussi pour les autres. De son côté, Jo a intégré une filière de communication. Autant de compétences que les trois garçons peuvent mettre à profit pour leur groupe. Jo n’est pas peu fier de dévoiler qu’il se charge lui-même, tout seul, de tout le travail promotionnel. C’est lui qui, dès le mois de décembre, divulguait sur Soundcloud les deux premiers morceaux du futur album, en intégralité. Egalement lui qui multiplie depuis les teasers autour du nouveau disque ou de la tournée, non seulement sur Youtube, avec la publication de courtes vidéos promotionnelles savamment espacées, mais également sur Tweeter, Facebook et même MySpace. L’hyperactivité sur les réseaux sociaux, le dialogue permanent avec les communautés de fans dans le monde entier, via Facebook ou Instagram, constituent quelques-uns des aspects de ses interventions.

Les Killerpilze pour la première fois à Rock am Ring ?


Killerpilze lors d'un concert à Cologne, 6 avril 2013 / photo S. Mazars
Jo et Mäx entourent Benni, leur fidèle bassiste de session
Si Jo, Mäx et Fabi revivaient un jour les mêmes succès qu’à leurs débuts avec Universal, ils ne le devraient cette fois qu’à cette persévérance, mais aussi à leurs fans. Sans atteindre les chiffres de ventes de leurs prédécesseurs, Lautonom et Zeitgeist ont quand même continué à figurer dans les charts en Allemagne. En cas de succès de Grell, le groupe envisage-t-il de signer à nouveau avec une major ? Jo ne ferme pas la porte, même s’il avoue à quel point il serait difficile de renoncer à l’indépendance que leur procure aujourd’hui leur label. Depuis sa fondation, les Killerpilze se font plaisir. Ils ne sont plus tenus de se plier aux caprices de tel ou tel gros bonnet. En attendant, aussi bien que n’importe quelle campagne de promotion, ils poursuivent ce qu’ils savent encore faire le mieux : la scène. Depuis l’année dernière, ils ont même leur propre festival. Organisé par le journal local dans leur ville de Dillingen, en Bavière, Rock im Donaupark donne sa chance aux nouveaux talents de la région, le tout sous le patronage des trois garçons. Jo ajoute aussitôt que leur rêve serait de participer à Rock am Ring, le plus important festival de rock en Allemagne. Inscrits au concours cette année, ils attendaient encore le résultat du vote à leur arrivée à Strasbourg. Se produire devant des milliers de festivaliers, dont les oreilles ne leur seraient pas d’emblée acquises comme celles de leur public, constituerait un véritable défi, mais aussi une excellente opportunité de conquérir de nouveaux fans. Leur répertoire, bonifié à chaque nouvel album, ajouté à leur onze années d’expérience, devraient rendre la tâche aisée.

[mise à jour du 25/05/2013 : en même temps que la finale de la Ligue des champions se jouait aujourd'hui à Bochum celle du concours Rock am Ring. Résultat : les Killerpilze participeront bien au festival cette année, le 7 ou le 8 juin.]