mercredi 21 mai 2014

Premonition Factory : la fabrique à songes de Sjaak Overgaauw


Natif de Rotterdam résidant à Anvers, Sjaak Overgaauw fréquente professionnellement le monde de la musique depuis de nombreuses années. Ancien producteur, il s’est révélé, il y a quatre ans, lors de la publication de son premier album, comme l’une des nouvelles figures de l’ambient music. Sjaak ne se contente pas de partager sa musique. Promoteur actif, il organise également chaque année un festival dédié au genre, l’Antwerp Ambient Festival, tout en participant au groupe N-O, un projet parallèle fondé avec le guitariste allemand Hellmut Neidhardt.


Premonition Factory avec N-O @ Antwerp Ambient Festival 2014 / photo S. Mazars
Sjaak Overgaauw alias Premonition Factory avec N-O live @ Antwerp Ambient Festival 2014

Anvers, le 17 mai 2014

Que signifie le terme ambient music à tes yeux ?

Sjaak Overgaauw – Un certain type d’atmosphère et de sensation, calme et minimaliste, une musique parfois hypnotique, qui doit permettre de se sentir à l’aise avec soi-même et avec son environnement immédiat.

Peux-tu me résumer ton histoire musicale ?

SO – J’ai géré un studio aux Pays-Bas pendant une assez longue période. J’y assurais un travail de production pour divers groupes. A l’époque, il ne s’agissait que d’un hobby semi-professionnel. Je suis à présent musicien à plein temps. Pendant toutes ces années, ma tâche consistait essentiellement à produire des enregistrements pros pour d’autres gens, des chanteurs comme des groupes, et dans tous les genres possibles : la pop, le gospel, différents types de musique électronique. C’est ainsi que j’ai appris comment réaliser un bon enregistrement, comment bien mixer. Dans l’intervalle, j’ai aussi joué comme clavier dans des groupes conventionnels. Mais après un certain temps, j’ai décidé qu’il était temps d’aller plus loin. Depuis un moment, j’écrivais de plus en plus mes propres compositions. Je me suis donc lancé en solo, sous le nom de Premonition Factory. Puis, il y a six ou sept ans, j’ai enfin jugé ma musique suffisamment solide pour faire l’objet d’une publication.

Ton premier album, 59 Airplanes Waiting For New York, sorti en 2010, semble faire écho au chef d’œuvre de Brian Eno, Music for Airports. Etait-ce délibéré ?

SO – Non, non. Sincèrement, la ressemblance est fortuite. Le titre vient de tout à fait autre chose. Il y a un hôtel à Rotterdam, qui s’appelle l’hôtel New York. Alors que je cherchais un titre, je regardais la télévision, et le journal montrait les avions au dessus de New York – la ville cette fois – qui, en raison du mauvais temps et de fortes neiges, attendaient leur tour avant de pouvoir atterrir. Le lien était fait dans mon esprit entre Rotterdam, ma ville natale, et tous ces avions suspendus dans les airs.

Les albums de Premonition Factory / source : music.premonitionfactory.com
Premonition Factory :
59 Airplanes Waiting For New York (2010) – Live at Kink FM X-Rated (2012) – The Theory of Nothing (2012)

Comment construis-tu un disque comme The Theory of Nothing, le dernier, sorti en 2012 ?

SO – Chaque album, du premier au dernier, a été enregistré live en studio, sur deux pistes stéréo. Les morceaux proviennent en général de sessions d’une demi-heure ou d’une heure où j’enregistre toute la musique qui me passe par la tête. Ensuite, pour peu que je m’en souvienne, si je découvre que la session de la nuit précédente sonne bien, j’en coupe un bout, peut-être cinq ou dix minutes, je fais un fondu d’entrée, un fondu de sortie, et ça donne un nouveau morceau. Tout est live, ce n’est pas mixé, ce n’est pas du multi-piste. Voilà de quelle manière je génère mes longues textures. Par exemple, je pourrais parfaitement enregistrer intégralement le concert de ce soir – d’ailleurs, c’est exactement ce que je vais faire –, soit trois quarts d’heure de show, et en extraire plus tard quelques minutes, que j’utiliserai comme nouveau morceau pour un prochain album. Tous mes titres sont issus de segments de sessions beaucoup plus longues. Je conserve quelque part des heures et des heures de jours entiers d’enregistrements.

L’improvisation joue donc un rôle clé.

SO – En règle générale, j’improvise tout, puisque le processus de composition se déroule en direct. Parfois quand je réécoute un enregistrement, je me rends compte qu’il y a plus d’un passage que je n’apprécie pas. Puis, à d’autres moments, la magie opère soudainement. C’est le signe que je tiens là un nouveau bon morceau.

Premonition Factory avec N-O @ Antwerp Ambient Festival 2014 / photo S. Mazars
Premonition Factory avec N-O live @ Antwerp Ambient Festival 2014
Dans ces conditions, un album live a-t-il encore un sens ?

SO – J’ai déjà sorti un live il y a deux ans [Live at Kink FM X-Rated]. Mais je trouve les albums studios plus intéressants. Parce qu’il s’agit réellement de musique inédite, et dont je contrôle la qualité. Les lives improvisés à 100%, publiés tels quels, excluent tout travail d’édition et de sélection en studio.

Quand on écoute ta musique, il n’est pas toujours évident de distinguer les sons naturels, la guitare et l’électronique.

SO – Dans l’ensemble, 90% de ma musique vient des synthétiseurs ou des sampleurs. J’ai introduit de la guitare sur un seul de mes albums, mais le son était lui aussi traité à travers plusieurs modules d’effets ou des générateurs de boucles.

Pourquoi as-tu choisi de t’autoproduire ?

SO – Les ventes de CD ne sont plus comparables à ce qu’elles étaient il y a dix ou vingt ans. Une collaboration avec une maison de disques n’a de sens que si celle-ci a les moyens de promouvoir ton travail. Or, jusqu’ici, j’ai parfaitement pu me débrouiller tout seul. Ce qui ne m’empêche pas d’envisager de me tourner vers divers labels dans le futur.

L'affiche de l'édition 2014 de l'Antwerp Ambient Festival / source : antwerp-ambient.com
Tu es aussi l’organisateur de cet événement, l’Antwerp Ambient Festival.

SO – Oui. Le concept a été développé il y a six ans. Plus exactement : il s’agit ce soir de la sixième édition. Les trois premières années, la manifestation s’intitulait Ambient Live Looping Festival. Mais au départ, elle était éparpillée dans toute l’Europe. La première édition a eu lieu en trois endroits : Anvers, Rome et Florence, en Italie. Dès la deuxième année, nous nous sommes rendu compte qu’on pouvait étendre nos ambitions. J’ai donc essayé d’attirer de meilleurs artistes, puis de relever petit à petit la qualité du festival. C’est la raison pour laquelle nous sommes passés de trente visiteurs la première année à probablement plus d’une centaine ce soir. En 2009, on avait encore l’impression d’assister à une petite réunion communautaire. Nous sommes plus pros aujourd’hui. La salle, l’organisation mais surtout l’affiche en témoignent. J’ajouterais que le festival devient de plus en plus ambient. Ce soir, ce sera très, très ambient. Plus encore, si c’était possible, que l’année dernière ou il y a deux ans. Le plus ambient des festivals ambient !

Qui s’est produit jusqu’ici au Antwerp Ambient Festival ?

SO – Theo Travis, le saxophoniste et flûtiste qui a notamment accompagné Porcupine Tree et David Sylvian, et qui fait aussi de très bonnes choses en solo, s’était joint à nous en 2011. Ce soir, Dirk Serries et Aidan Baker viennent pour la seconde fois. Je peux aussi citer le Britannique Steve Lawson, un excellent bassiste. Beaucoup de bons artistes très différents, en somme. En 2012, nous avons accueilli Dag Rosenqvist alias Jasper TX et Machinefabriek. Son vrai nom, Rutger Zuydervelt, te dit peut-être quelque chose. Il est désormais connu aussi loin qu’au Japon ou à Moscou.

Une telle organisation représente-t-elle beaucoup de travail ?

SO – Pas tant que ça. Pour moi, c’est devenu un processus automatique. Je sais ce que je fais, je connais les artistes. Je les contacte personnellement. Il s’agit d’une formule bien rôdée, donc tout va assez vite.

Premonition Factory avec N-O @ Antwerp Ambient Festival 2014 / photo S. Mazars
Premonition Factory avec N-O live @ Antwerp Ambient Festival 2014
Cette scène, encore très underground, pourrait-elle étendre son empire ?

SO – Les gens croulent sous les sollicitations pendant leur temps libre. C’est à celui qui attirera le mieux leur attention. Il y a la famille et les amis, mais aussi le cinéma et les sorties. Puis il y a les concerts de mainstream. Et enfin, il y a les niches, comme nous. La compétition est rude. Alors comment augmenter le nombre de fans ? En attirant des artistes plus renommés, comme je le disais. Mais surtout des artistes honnêtes, ceux qui sont capables de créer un lien avec le public. Les spectateurs comptent beaucoup pour moi. Si bien que je peux me montrer très difficile lorsqu’il s’agit de décider qui va jouer et qui ne va pas jouer.

Ce soir, non content d’assurer l’intendance, tu seras également présent sur scène, mais pas tout seul.

SO – Je vais jouer avec N-O. Il s’agit d’un projet en commun avec le guitariste allemand Hellmut Neidhardt, dont le nom de scène est N, d’après son initiale : N pour Neidhardt, O pour Overgaauw, d’où N-O.

Même votre nom de scène est minimaliste. Mais quelle galère pour le référencement sur Google !

SO – Ne m’en parle pas !

N-O : Hellmut Neidhardt et Sjaak Overgaauw @ Antwerp Ambient Festival 2014 / photo S. Mazars
N-O : Hellmut Neidhardt et Sjaak Overgaauw
Comment est né ce projet ?

SO – Il y a deux ans, nous avons répété ensemble à Dortmund, dans une toute petite salle – imagine nos gros amplis dans une pièce minuscule. L’expérience devait être brève, elle s’est éternisée. Nous en avons tiré cinq ou six heures d’enregistrements dont nous étions si satisfaits, que nous avons remis le couvert lors d’une seconde session à la fin de l’année dernière. Désormais, nous disposons d’assez de matériel pour deux albums. En ce moment même, nous discutons avec plusieurs labels dans l’espoir de les publier en vinyles. C’est l’une des raisons qui me motivent à solliciter une maison de disques : je ne me lancerai pas moi-même dans la production de vinyles. Si tout va bien, un premier disque devrait sortir en fin d’année ou au début de l’année suivante.

C’était justement l’objet de ma dernière question. Quels sont tes projets ?

SO – En plus de ces albums avec N-O, je poursuis mon projet solo, Premonition Factory. La aussi, un certain nombre de nouveaux morceaux sont fin prêts. Mais j’explore cette fois une autre direction, moins électronique, plus organique. Si tu écoutes bien ce soir le début de notre set avec N-O, tu entendras quelques développements représentatifs de cette nouvelle orientation, très minimaliste. J’envisage la sortie de l’album en 2015.

>> Site officiel